Accueil > Manifestations > [10 mai] Intervention du MRAP et de la LDH

[10 mai] Intervention du MRAP et de la LDH

samedi 10 mai 2014

La traite négrière et l’esclavage, crimes contre l’humanité

Depuis 2006, le 10 mai est la "journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions".

La Loi Taubira de 2001 a reconnu la traite négrière et l’esclavage comme des « crimes contre l’Humanité ». Justice était ainsi rendue aux millions d’hommes et de femmes, capturés ou achetés en Afrique, vendus et exploités dans les champs de canne à sucre des Amériques, ou bien morts lors des traversées négrières de l’Atlantique.

Mais la commémoration des luttes abolitionnistes ne doit pas faire oublier les luttes des esclaves, trop souvent méconnues, voire occultées.

Si 1794 est la date de la première abolition décrétée par la Convention, il s’était produit 3 ans auparavant une grande insurrection de près de 50 000 esclaves à Saint-Domingue.

Bonaparte a rétabli l’esclavage en 1802, mais la première « République Noire »fut fondée à Haïti par des esclaves l’année suivante.

Ce n’est qu’en 1848 que la République française a proclamé l’abolition définitive de l’esclavage « attentat contre la dignité humaine ».

Les abolitions de la traite et de l’esclavage furent des avancées vers la liberté et la dignité pour tous les hommes et les femmes. Mais la situation concrète des anciens esclaves ne changea pas du jour au lendemain.

Parallèlement dans les pays d’Afrique notamment, le Code de l’Indigénat de 1881 prit le relais du Code Noir de 1685 - censé freiner les abus des maîtres - « Les nègres » n’étaient plus des « biens meubles », mais « des indigènes » « sujets de la République ». Le recours au travail forcé était pratique courante. Le code de l’indigénat ne fut abrogé qu’en 1945.

Commémorer « la traite, l’esclavage et leurs abolitions », est un « devoir de mémoire » destiné à vaincre le racisme et à affirmer l’égalité des droits pour tous, l’égale dignité de tous les êtres humains.

Commémorer « la traite, l’esclavage et leurs abolitions », c’est rappeler aussi que des millions de personnes travaillent actuellement encore dans des conditions proche de celles de l’esclavage.

Paroles d’esclaves
Presse-Océan